Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Establet - Réflexions et projection

Santé publique, gestion privée ?

13 Février 2020 , Rédigé par Pierre Establet

Ce soir mes parents (82 ans), grands voyageurs depuis toujours, ont du être rapatriés d'urgence d'Inde, où ils passent une part de leur retraite entre la fin de la mousson et le début des grandes chaleurs. Ils ont travaillé toute leur vie, sans discontinuer, et continuent de le faire, chacun dans son domaine.

Ma mère s'est fait une entorse du genou, pas assez importante pour l'immobiliser mais suffisamment pour la déstabiliser. Les conséquences ont été une très forte baisse du sodium et une forte fibrillation cardiaque. De quoi décider un rapatriement d'urgence, le centre de santé dans lequel elle a été recueillie en Inde ne disposant pas des moyens de la soigner.

Il aura fallu à mes deux soeurs, ma nièce (Merci Fannie), jeune interne, heureusement présente sur place, et à mon beau-frère, cardiologue, qui a choisi le public au privé, de déployer des trésors de persuasion, pour obliger les deux assurances privées (dont une - et, c'est triste - mutualiste), payées rubis sur l'ongle depuis 62 ans, de les rapatrier. Que la pseudo assurance rattachée à Visa Premier (ou du même acabit), on peut imaginer ne rien attendre. Je ne souviens pas avoir réussi à faire jouer les soi-disant assurances dans quelques domaines que ce soit (vols, pertes de lunettes, ...). Mais de la part de la célèbre mutuelle des profs...

En revanche, l'hôpital public français, lui, avait préparé son entrée, à 19 h et la Cheffe de clinique est venue exprès, pour l'accueillir et lui prodiguer les premiers soins et examens. Merci à elle.

Il en a été de même en ce qui me concerne : hospitalisé en urgence en septembre, au CHU de Rangueil à Toulouse (en grève, mais pourtant tous fidèles au poste) suite à un gros problème pulmonaire, j'ai été pris en charge tard le soir, et soigné tôt le matin. Par deux fois, pensant mon affection bénigne, j'étais allé aux Urgences du clinique privée flambant neuve... Qui n'a même pas effectué de radio des poumons, ni mis sous traitement antibiotique. J'aurai pu y rester.

Quand va t'on prend conscience que notre force réside dans la gestion publique des droits des citoyens ?

Merci à tous les personnels de l'hôpital public. Battez vous : vous avez raison.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article