Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre Establet - Réflexions et projection

Reconstruire une marque pour garantir la sécurité juridique et technique de l’ingénierie routière française.

27 Novembre 2019 , Rédigé par Pierre Establet

 

En 2002, Jean-Claude PAUC, Ingénieur Général des Ponts et Chaussées, nouveau Directeur Général du Sétra (un service d’études chargé de la route, des ouvrages d’arts, de la sécurité routière, …) est confronté à une série de dysfonctionnements mettant en péril la sécurité de la réglementation routière française et sa politique de normalisation. 

 

Si cet enjeu est français, il est tout autant européen, et mondial :  le Génie Civil et le BTP représentent 25 % du PIB français, et ils sont numéro un mondial. 

 

Les enjeux sont énormes : produire des données publiques accessibles par tous, tout le temps, en s’assurant qu’elles soient réglementairement constituées, et alors même que l’Etat, dont dépend le Sétra, remet en cause sa politique d’éditeur public.

 

L’Etat est encore propriétaire des autoroutes, gestionnaire du réseau secondaire, et concepteur des ouvrages d’Art. Il est le premier investisseur civil - 20 Milliards d'€ / an -, et fait travailler la plupart des grands groupes, d’Eiffage à Bouygues, de Vinci à Screg, etc. Des centaines de milliers d’emplois dépendent de ce secteur d’activité et le Sétra fonctionne comme un intégrateur au service à la fois de l’innovation, des entreprises, des Maitres d’ouvrages et des collectivités, en animant un réseau d’experts, en réunissant les utilisateurs des techniques, en qualifiant les innovations, le tout en finançant ses études à travers un réseau de laboratoires, tel le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées (LCPC), ou les Centres d’Etudes Techniques de l’Equipement, répartis sur tout le territoire national. 

 

Disons le tout de suite : du Pont de Normandie aux premières esquisses du Viaduc de Millau, du Contrôle Sanction Automatique à la conception de chaussée, de l’étude des enrobés drainants à la certification des équipements de sécurité, de la voiture automatisée à la conception de logiciels, capables de sortir et de modifier en temps réel des notes de calculs d’ouvrages d’art et de les exporter quelle que soit l’application utilisée, le Sétra embrasse toute l’expertise routière, au sens large.

En 2002 : 10 000 morts sur les routes. Aujourd'hui : 3500.

 

Dans le même temps deux révolutions organisationnelles se font jour : le transfert de 30 000 agents des services des DDE vers les Conseils Généraux en  2003 et la privatisation quasi intégrale du réseau routier jusque-là géré par l’Etat, en 2005.

 

Pour réussir à accompagner toutes ces problématiques, le nouveau Directeur Général du Sétra, Jean-Claude Pauc, me demande à la fois de refaire du Sétra un éditeur de données publiques respectueux de la Loi, de donner de la visibilité auprès de tous les acteurs de l’ingénierie routière Française et de préparer le transfert de connaissances vers les nouveaux acteurs : sociétés concessionnaires et collectivités locales. 

 

Pour y parvenir, nous avons décidé de créer une nouvelle identité graphique, claire, déclinée sur tous les supports, d’assurer la légalité de toute la documentation produite, de vérifier la légalité des partenariats avec des Associations qui présentaient un risque de transparence à l’égard de l’Etat, de modifier la politique de normalisation routière et d’utiliser une emblématique réalisation pour démontrer la pertinence de tous ces choix.

 

Le logo historique :

 

Devient :

C’est ainsi que nous avons choisi, grâce à une précaution juridique dans le cahier des charges de concession de la construction du Viaduc de Millau, d’utiliser son inauguration pour écrire l’histoire passée, démontrer le savoir faire technologique et financier de l’Etat et armer notre ministère pour expliquer quelques seront les métiers de demain de nos ingénieurs, et de nos techniciens, qui découvriront, qui la différence entre une DDE et un Service technique de Conseil Départemental, qui de passer d’ingénieur concepteur à ingénieur contrôleur de concession.

 

Film réalisé par Karine Douplitsky - Récompensé du prix de la communication publique - vendu à 200 000 ex.

Il en est sorti un film, primé du Prix de la Communication Publique en 2005 et vendu à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires grâce à un partenariat avec le Groupe Le Moniteur,  le premier rapport d’activité en ligne (en 2003), une base documentaires (la DTRF) exhaustives et sécurisées et accessibles à tous les acteurs de la Route, et surtout la satisfaction d’avoir réussi sans conflit à transférer 30 000 agents de l’Etat vers les Départements et de faire admettre – non sans mal – que les ingénieurs concepteurs auront de nouvelles fonctions.

 

Le Résultat a été flagrant : lors du Congrés Mondial de la Route en 2003, à Durban, nous avons réussi à fédérer tous les acteurs de la route, institutionnels, PME, fédération professionnelles, entreprises, sous le toit d'un même pavillon et démontrer la force de notre ingénierie !

 

undefined
Pavillon France - Congres Mondial de la Route - Durban - 2003

 

Au delà des aspects communication (identité graphique, charte, inventivité digitale, dépôts légaux, sécurisation des données publiques et privées – l’ancêtre du RGPD), ce projet a associé toute une équipe pendant 3 ans, pour réussir un pari que beaucoup donnait perdu d’avance ! Le Sétra est devenu d’un service d’études techniques sur la Route à un Service pour l’études techniques des Transports, de la Route et de leurs aménagements, intégrant un pôle environnemental puissant et performant, au sein de son fonctionnement. Le Sétra est devenu le CEREMA aujourd’hui et son rôle reste capital dans l’homogénéisation des politiques routières et l’accompagnement des entreprises du Génie Civile et du BTP.

 

Oui, la communication est un outil de management, pas seulement une question de forme !

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article